#MoissonDePrintemps, c’est reparti !

Je ne sais pas comment c’est chez vous, mais en ce moment, le ciel chez moi ressemble à ça :

beurkBeurk.

C’est gris, c’est moche, ça donne envie de se blottir chez soi et ne pas ressortir tant que le soleil n’aura pas réussi à percer au moins un ou deux nuages avec ses rayons.

A cette période, le gris n’est pas seulement au-dessus de nos têtes. Il s’installe aussi petit à petit dans nos têtes, dans nos poitrines, pour certains ils nous grignotent même franchement de l’intérieur…
‎Pour lutter contre la grisaille, on n’a pas des masses d’armes. Même si j’aime beaucoup la solution du ventilateur géant qui pousserait les nuages pour laisser la place au soleil, ‎ou celle du méga-harpon pour attraper le soleil et le tirer de l’autre côté des nuages, la petite voix dans ma tête qui a, elle, écouté en cours de sciences, me dit que c’est une très mauvaise idée.
Alors faute de mieux, il faut se raccrocher à ce qu’on peut.

Voilà donc ce que je vous propose pour tenir le coup en attendant les beaux jours : une nouvelle #MoissonDePrintemps !

La #MoissonDePrintemps, c’est quoi ?

On en a déjà fait une l’an dernier, rappelez-vous, ceux qui étaient là : j’avais lancé des articles pour en célébrer le début et la fin.

Le principe est simple : on attend tous le retour des beaux jours, le printemps, quoi. Alors je vous propose de l’attendre ensemble, et d’alléger le gris du quotidien en partageant entre nous ces petites choses de la vie que nous avons vues, entendues, vécues. Ces petites choses qui ont fait briller nos yeux ou nous ont arraché un sourire, qui nous ont inspiré, parfois, aussi.
Pour faciliter le partage, j’ai proposé l’an passé le hashtag #MoissonDePrintemps, adopté à l’unanimité. Si vous le recherchez sur Twitter, vous trouverez plein de petites tranches de vie mignonnes, inspirantes, un bon remède contre les périodes difficiles quoi !
Egalement, l’année dernière, cette moisson était une bonne excuse pour deux choses : la première, c’était que j’aimais envoyer des cartes postales et je voulais en envoyer. Alors j’avais promis d’en envoyer à tous ceux qui participeraient (promesse tenue, d’ailleurs, six mois plus tard). La deuxième, c’était que j’étais en plein Projet Bradbury, et j’avais besoin d’inspiration pour des nouvelles chaque semaine. La moisson m’en a fourni plein ! Cette année, j’ai diminué le rythme et n’en suis plus qu’à une nouvelle par mois, mais je compte bien rendre cette moisson aussi inspirante que possible malgré tout.

Alors, voilà mon invitation, pour cette année :
– On partage tous notre (ou nos ?) #MoissonDePrintemps quotidiennes.
– Cette fois-ci, je ne ferai qu’un texte avec mes inspirations de moisson, à la fin. Ce sera mon texte du mois de mars !
– Comme l’an passé (avec un peu moins de retard, peut-être ?), j’enverrai une carte postale à ceux qui tiennent le coup jusqu’au 20 ! (Sous réserve que vous me donniez votre adresse, bien sûr. J’avais eu quelques soucis l’an passé pour moissonner les adresses…)

On ne fera pas arriver le printemps du jour au lendemain, mais ensemble, on peut préparer son arrivée… à travers plein de petites choses positives !

Vous en êtes ? 🙂

(Pour ceux qui nous rejoignent en cours de route : n’hésitez pas à participer également ! Plus on est de fous, plus on moissonne du bonheur 🙂 Tant que vous tenez le coup jusqu’au bout, quel que soit le moment où vous arriviez, ça marche quand même !)

Published byLia

Hobbite berserk à la plume acérée, aubergiste itinérante, éleveuse de peluches, geekàlunettes, mélomane, linguisticomane et psychocentrée : tant de centres d'intérêts, si peu de temps.

No Comments

Post a Comment

+ 7 = 14