#RaysDay, on prend les mêmes et on recommence !

Bon, d’accord, j’avoue tout : ce titre un peu racoleur n’est pas forcément à 100% juste, puisqu’on ne va pas prendre les mêmes participants ni les mêmes histoires… mais l’idée reste !

Le Ray’s Day, journée où l’on célèbre la lecture, les auteurs, les livres, c’est dans deux semaines tout pile maintenant.
Or donc, comme l’an passé, je vais me retrouver à faire mon Ray’s Day depuis la Suède. Ce n’est donc encore pas cette année que je mettrai à exécution mon plan diabolique d’envoyer un exemplaire de Fahrenheit 451 à tous ceux qui en demandent un (ce n’est pas l’envie qui manque, mais disons que pour rattraper, c’est quelque chose que je fais un peu toute l’année).

Etant donné que je suis à seulement 4 jours (QUATRE. Vous sentez le stress qui monte ?) du départ, je ne vais pas non plus avoir un temps fou pour vous pondre une nouvelle inédite. Surtout que je suis un peu en panne d’écriture, en ce moment. Je vais donc à nouveau profiter de ce temps en voyage pour essayer de relancer la machine.
Et vous écrire des micro-nouvelles sur des cartes postales, parce que l’an passé, j’ai adoré ça.

Par pure feignasserie, je vais donc me contenter de reprendre mon article de l’an passé pour vous expliquer comment ça se passer :

Voilà donc ma proposition : tous ceux (on m’a posé la question donc je confirme : oui, tous sans limite de nombre) qui m’envoient leur adresse postale avant le 18 août soit par DM sur Twitter, soit par MP sur Facebook, soit par e-mail à lia[point]mornelda[at]gmail[point]com en mettant en objet #RaysDay recevront une carte postale sur laquelle j’aurai écrit une micro-nouvelle.
(Si vous me contactez par e-mail, précisez votre pseudo sur Facebook ou Twitter !)

Vous pouvez aussi vouloir une carte postale même sans micro-nouvelles, pas de souci, il suffit de le préciser 🙂

L’an passé, l’expérience était formidable. Avec un petit accrochage toutefois… le budget cartes postales, qui a surpassé le prix des billets d’avion. Cette année, c’est un peu plus compliqué. Alors pour m’assurer de ne pas me retrouver à manger du pain suédois sec, j’invite ceux qui le souhaitent/le peuvent à éventuellement participer à hauteur de 2€ (le prix moyen d’une carte+timbre) à la cagnotte Leetchi créée exprès pour l’occasion. J’explique tout bien sur la page, alors n’hésitez pas à cliquer pour en savoir plus 🙂

Participer à la cagnotte en ligne

Si vous êtes curieux de voir le résultat des cartes de l’an passé, vous pouvez faire un tour par ici. Et pour en savoir plus sur le Ray’s Day et les autres participants, c’est par là !

A bientôt sur les routes scandinaves 🙂

 

#LiaEnScandinavie, avant d’embarquer : Le Ray’s Day 2015

A l’aube pluvieuse de mon départ pour la Suède, il est l’heure de dépoussiérer un peu le blog pour un nouvel article.

 (Je ne poste résolument pas assez. J’aimerais promettre que je corrigerai ça, mais je n’y crois pas trop moi-même. Il faut croire que c’est un rythme qui me convient !)

 

 Tout d’abord, le Ray’s Day, qu’est-ce que c’est ?

J’opte pour la solution de facilité (ne m’en voulez pas, je décolle bientôt) en vous renvoyant vers la page du Ray’s Day pour en savoir plus ! ‎‎

‎Maintenant, pourquoi faire le Ray’s Day ?

Plein de raisons, pour moi. Déjà, ceux qui me connaissent d’un peu près savent que Ray Bradbury, j’aime d’amour sa philosophie d’écriture et ses oeuvres. Lui rendre hommage, c’est un must. (Pas pour rien non plus que j’ai sauté à pieds joints dans le Projet Bradbury, dont la page n’est toujours pas à jour d’ailleurs)

Et puis, le Ray’s Day, c’est aussi un événement culturel chouette qui colle bien à ma vision des choses : passion de la lecture, partage littéraire, célébration des mots…‎

Alors cette année, c’est décidé, je participe.
Problème logistique : le jour du Ray’s Day, je serai perdue en Suède, probablement à Stockholm sauf changement de plan, sans ordinateur et potentiellement sans accès Internet. Ça rendait une participation numérique assez complexe ; j’aurais pu programmer quelque chose à l’avance, mais au niveau timing, c’était délicat. (Et je n’étais pas à l’aise avec ça.)

J’ai donc cherché quelque chose de plus proche de mon mode de fonctionnement.

J’ai envisagé un premier temps d’envoyer un exemplaire de Fahrenheit 451 à toute personne qui ne l’a pas lu et manifesterait l’envie de le lire ce jour-là mais 1. logistiquement c’était encore plus compliqué qu’une nouvelle numérique et 2. de toute façon, c’est quelque chose que je fais déjà tout le reste de l’année, même si de manière moins étendue. Pas assez original ni en accord avec ma vision de l’événement : j’aurais partagé la prose de Bradbury, dont les textes ont été certes fondateurs pour moi, mais je n’aurais pas participé vraiment en tant qu’auteur.

Finalement, l’idée a frappé pendant que je faisais la liste mentale de tous ceux à qui je souhaitais envoyer une carte postale.

La carte postale, c’est le support idéal : elle restreint quand même son texte à un tout petit nombre de caractères, me forçant à tenter un exercice de style auquel je ne m’adonne pas assez souvent.

(J’avoue que la « semaine du drabble » de Rain qui lui a permis de pondre 11 textes en moins de 10 jours m’a un peu inspirée.)

Et puis une carte postale c’est chaleureux. C’est personnalisé. Je peux m’impliquer dedans, et c’est important pour moi. Ça fait partie du partage, après tout. Enfin, dans tous les cas, c’est ma philosophie.

 

Voilà donc ma proposition : tous ceux (on m’a posé la question donc je confirme : oui, tous sans limite de nombre) qui m’envoient leur adresse postale soit par DM sur Twitter, soit par MP sur Facebook, soit par e-mail à lia[point]mornelda[at]gmail[point]com recevront une carte postale sur laquelle j’aurai écrit une micro-nouvelle.

(Si vous me contactez par e-mail, précisez votre pseudo sur Facebook ou Twitter !)

 

Pour ceux frileux à l’idée de donner leur adresse postale (ce qui serait entendable), je propose de me donner une adresse e-mail et je tenterai des cartes postales numériques qui arriveront cependant en retard, étant donné que je ne suis pas sûre d’avoir du réseau le jour même.

Afin d’être certaine de pouvoir avoir le temps de récupérer toutes vos adresses, je vous laisse donc jusqu’au 17 août à 20h (dernier moment où je suis à peu près sûre de pouvoir trouver un wifi) pour m’envoyer vos adresses et recevoir une micro-nouvelle 🙂

Ce sera un Ray’s Day avec un petit décalage, forcément, dont la durée dépendra surtout des performances de la Poste.*

J’ai hâte de me lancer dans ce projet fort motivant (et un peu la pression, j’avoue). J’espère que vos nouvelles vous plairont, et surtout : joyeux Ray’s Day et bonne lecture à tous !

(Et pardon d’avance à tous ceux qui auront à décrypter mes pattes de mouche ! 🙂 )

Et vous, vous faites quoi pour le Ray’s Day ? ‎

*Rappelons que je suis un peu poissarde pour tout ce qui touche à la Poste. Cette expédition de cartes postales va aussi être un moyen de voir combien arriveront sur la cinquantaine que je me retrouverai à envoyer. J’espère que toutes celles que j’écrirai pour le Ray’s Day arriveront tout de même ! ‎